MADELEINE FOURNER // Labourer


MARDI 22 ET MERCREDI 23 JANVIER À 19H AU NOUVEAU STUDIO THÉÂTRE
DANS LE CADRE DU FESTIVAL TRAJECTOIRES 2019

EN CORÉALISATION AVEC LE TU-NANTES

Labourer

 

Labourer veut dire ouvrir la terre, la retourner, ouvrir des sillons avant l’ensemencement. C’est aussi le labeur, le travail et sa pénibilité. La personne qui laboure s’engage avec tout son corps dans sa tâche. Dans ce solo, Madeleine Fournier s’est intéressée au pas de bourrée comme figure archétypale et atemporelle de la danse. À partir de cette figure, elle nous invite à traverser une diversité de danses et à nous laisser porter par leurs « grooves », leurs cadences. Elle s’est aussi emparée de pratiques accomplies par les femmes de tous temps qu’elle laisse surgir de son inconscient : geste quotidien, sexualité, maternité, travail, force de vie…
Dans Labourer, les dispositifs sonore et visuel dialoguent avec la danse, comme un jeu à double face qui nous fait basculer d’une sensation à l’autre, d’un sens à l’autre.


Conception et danse Madeleine Fournier
Dispositif sonore et musique : Clément Vercelletto
Lumière et régie Pierre Bouglé
Regard extérieur David Marques
Aide Costume Valentine Solé
Conseil film Dominique Willoughby
Graphiste Catherine Hershey
Production Marie Seguedy
Diffusion Teresa Acevedo
Production Association O D E T T A
Coproduction Théâtre de Beauvaisis, Vivat scene conventionnée danse et théâtre d’Armentieres, Kunstencentrum Buda Kortrijk, Atelier de Paris / CDCN, La Rafnerie Charleroi Danse, CCN de Nantes.
Soutien et résidences PAD Angers, TU Nantes, CND dans le cadre de la résidence augmentée.
Avec le soutien du Fond SACD Musique de Scene et d’Arcadi Ile-de-France
Ce projet a reçu le soutien de la Drac Ile-de-France au titre de l’aide au projet et de la Ville de Paris au titre de l’aide à la résidence artistique et culturelle


Madeleine Fournier

Interprète et chorégraphe, Madeleine Fournier s’est formée à la danse au CNR de Paris et au CNDC d’Angers sous la direction d’Emmanuelle Huynh. En 2006, elle a été stagiaire au sein de la compagnie DCA Philippe Decoufé et en 2010 elle recoit la bourse DanceWEB dans le cadre du festival Impulstanz à Vienne. Depuis 2007, elle a collaboré avec de nombreux chorégraphes et artistes visuels en France, en Allemagne, en Belgique et au Portugal : Odile Duboc Rien ne laisse présager de l’état de l’eau, Trois Boleros, Insurrection, Anna Konjeztky Tagebuch, Laure Bonicel Bad seeds, Emmanuelle Huynh Cribles, TOZAI!, Fabrice Lambert Solaire, Faux Mouvement, Sara Manente Faire un four, Moser et Schwinger Ce dont on sera dans l’avenir capable, Boris Achour Seances, Des jeux dont j’ignore les regles, Fanny de Chaillé et Philippe Ramette Passage a l’acte, Loic Touzé O Montagne, Fanfare, Forme simple ,Yves-Noel Genod Rester vivant, Jocelyn Cottencin Monumental, Rémy Héritier Here, Then, David Marques Ressaca et Léa Drouet Boundary Games. Depuis 2011 elle a signé avec Jonas Chéreau une série de pieces conjuguant une certaine radicalité avec un humour décalé : Les interprêtes ne sont pas a la hauteur , Sexe symbole (pour approfondir le sens du terme), Sous-titreet Partout, se plaçant toujours dans une position de recherche et s’intéressant aux sources mêmes du mouvement. Labourer est la première pièce qu’elle signe seule et en solo.