Ambra Senatore

« L’humain traverse toute mes pièces.
Je cherche une danse qui rencontre les gens et propose une relation humaine, laissant place à la fragilité, au doute, au sens critique, au partage et à l’humour. »

BIOGRAPHIE


Chorégraphe et performeuse Ambra Senatore est née à Turin en 1976. Elle se forme avec différents chorégraphes et collabore avec Jean-Claude Gallotta, Giorgio Rossi, Rafaella Giordano, Georges Lavaudant, Roberto Castello, Antonio Tagliarini.

A la fin des années 90, elle commence à créer des pièces en collaboration avec d’autres auteurs Reminda-remoda, Un po’io un po’tu, Silenzio puis termine un doctorat sur la danse contemporaine (2004) avant d’enseigner l’histoire de la danse à Milan.

De 2004 et 2009, elle axe ses recherches chorégraphiques sur des soli qu’elle interprète : EDA-solo, Merce, Informazioni Utili, Altro piccolo progetto domestico, Maglie, avant de passer à des pièce de groupe : Passo (2010), A Posto (2011) et John (2012).

2012 marque l’année de création de sa compagnie EDA, basée à Besançon. En 2013, elle chorégraphie et met en scène Nos amours bêtes à partir du texte de Fabrice Melquiot. Cette première pièce jeune public sera suivie d’Aringa Rossa, du solo In Piccolo (2014) et de la série performative Petites briques (2015). En 2016, elle répond à la commande du Gymnase CDC avec une nouvelle pièce jeune public Quante Storie, en miroir avec Loïc Touzé, pour le  programme « Au pied de la lettre ».

En janvier 2016, Ambra Senatore prend la direction du Centre chorégraphique national de Nantes, imaginant un lieu où créer, pratiquer, expérimenter et partager. Un havre où la danse est perçue comme proche, accessible à tous.

Dans son travail, le quotidien – observé à la loupe – travaille et se décale jusqu’à ce que le geste se « fictionnalise » et la dramaturgie de la danse se « théâtralise ». Au centre, si le mouvement et le corps interrogent les cadres et les limites de la narration, ils se font aussi abstraits et fondus pour jouer des disciplines et contraindre les genres assignés. Aimant les surprises et les troisièmes voix, Ambra Senatore re-compose le réel et l’imaginaire du danseur comme du spectateur.

Ses dernières créations sont Pièces (2016), spectacle à la croisée du théâtre et de la danse et Scena madre* créée au Festival d’Avignon en juillet 2017. En 2018, Ambra Senatore chorégraphie les intermèdes danses de l’opéra Cendrillon de Jules Massent, nouvelle production d’Angers Nantes Opéra.